Dernières chroniques

Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

vendredi 30 mars 2018

L'écume des jours de Boris Vian

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu de roman dit "classique" et, lors d'une bourse au livre pour une association, je suis tombée sur L'écume des jours de Boris Vian que je voulais lire depuis longtemps. J'ai évidemment sauté sur l'occasion !



Quatrième de Couverture
Colin aime le jazz Nouvelle-Orléans, les plats de son cuisinier Nicolas, la patinoire Molitor, le pianococktail qu’il a inventé pour harmoniser les alcools comme les musiques, et aussi son ami Chick, qui collectionne les livres de Jean-Sol Partre.
Puis il rencontre Chloé. Alors Colin aime Chloé, les vitres de couleurs pour la réchauffer, les masses de fleurs pour la guérir… peut-être…

Mon avis
L’écume des jours est le tout premier roman de Boris Vian que je lis, c’est donc sans avoir idée du style de plume que j’allais découvrir que je me suis lancée dans cette lecture.

Dès les premières lignes j’ai compris que je venais de pénétrer dans un univers unique, dans un monde où les limites n’étaient pas celles de l’espace mais plutôt celles du temps. L’environnement dans lequel évoluent les personnages est aussi vivant qu’eux, et même en harmonie avec eux : mobilier, animaux, végétation, … Tout s’accorde à la vie des personnages, renforçant leurs joies et leurs peines et nous faisons plonger tête la première dans le tourbillon de leurs vies.

J’ai souvent été déroutée par les images qu’offrent Boris Vian à travers ses mots mais j’ai surtout été saisie par la justesse de celles choisies, par l’impact qu’elles ont eu sur ma lecture. Les personnages évoluent dans leur bulle, leur monde, ce qu’il se passe autour d’eux les importe peu. Et, doucement, l’extérieur finit par glisser aussi sur nous. Lorsqu’ils se retrouvent à la patinoire, j’ai été stupéfaite de voir des corps s’empiler dans l’indifférence générale puis, peu à peu, ce genre d’événement est devenu un détail, un accessoire à la vie des héros. Et c’est toute la puissance du message : Chloé, Colin, Nicolas, Chick, Isis et Alise sont le centre de leur propre monde et leurs aventures ne regardent qu’eux, tout comme le reste du monde n’a pas d’importance à leurs yeux.

Tout au long de ce roman initiatique, souvent qualifié de conte d’ailleurs, Boris Vian distille ses idées, sur les addictions ou encore sur le travail. En lisant la courte biographie disponible au début de mon édition, la vision qu’il offre du travail dans L’écume des jours prend sens, lui qui « semble avoir vécu plusieurs vies en moins de quarante ans », distribuant son talent à travers plusieurs professions au cours de sa courte vie. Ainsi, Colin ne comprend pas l’intérêt de travailler pour travailler. Il n’aime pas ça, il a besoin d’argent mais souffre de devoir se plier à des tâches aliénantes, des tâches que tout son être refuse d’effectuer convenablement. Colin supporte difficilement de gaspiller son temps pour toucher une misère et surtout d’être loin de Chloé pendant de longues heures. Il supporte mal de devoir travailler pour ensuite profiter. Un mal qui est un fait criant d’actualité, à une époque où on nous pousse à trouver un métier qui nous plait pour que nous vivions bien le fait de devoir passer notre vie au travail.

Et puis il y a la vie, cette vie si précieuse qui est célébrée dans l’insouciance jusqu’à ce qu’elle devienne incertaine, jusqu’à ce qu’elle ne tienne qu’à un fil quand le nénuphar apparait, quand cette métaphore si belle et si cruelle vient rappeler que le temps passe vite, bien trop vite.

L’univers de Boris Vian est percutant de réalisme dans tout l’irréalisme qu’il décrit et c’est ce paradoxe qui fait toute la beauté de L’écume des jours. J’ai été transportée par cette histoire même si je n’ai pas toujours su faire corps avec elle, tant j’ai été déroutée par moment, mais j’ai aimé. La beauté des mots, des métaphores, des images, tout dans la plume de Boris Vian invite à un rêve éveillé. Un rêve où tout n’est pas que fantaisie, où le monde extérieur ne peut malheureusement pas être oublié constamment.

S’il n’y avait qu’une chose à retenir ce serait Carpe diem parce que Memento mori.

« Les gens ne changent pas. Ce sont les choses qui changent. »

Les avis des Accros & Mordus de Lecture

4 commentaires:

  1. Je l'ai lu plusieurs fois, il y a tout un tas d'années... à chaque fois avec plaisir. Il y a d'excellentes choses chez Boris Vian, mais avec des univers assez différents de celui de "L'Ecume des Jours".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte lire un jour "J'irai cracher sur vos tombes" pour poursuivre ma découverte de cet auteur justement :)

      Supprimer
  2. J'avais étudié ce roman en 3ème, et j'avais aimé mais sans plus. Et il y a quelques années je l'ai relu, avec un oeil neuf, et je te rejoins sur ta chronique. Un conte merveilleux et tragique, mais quelle plume! Si tu lis "J'irais cracher sur vos tombes", tu verras que c'est totalement différent, déroutant d'une autre manière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été tellement surprise par L'écume des jours que je m'attends à tout maintenant :)

      Supprimer