Bienvenue

Bienvenue !


Rambalh, c'est un pot pourri sur la littérature, un blog pour partager mes coups de coeur et de gueule. Rambalh signifie Bordel en Occitan et c'est un peu le cas de ce blog : de tout et surtout tout moi. Le bordel de mes goûts, de ma vie livresque, toujours en lien avec Accros & Mordus de Lecture.

mercredi 18 novembre 2015

Le Pacte des Marchombres, Tome 2 : L'envol de Pierre Bottero

Progressons dans ma quête avide de l'univers de Bottero avec le tome 2 de la trilogie Le Pacte des Marchombres, toujours pour le Challenge A&M Retour en enfance. A noter que c'est à nouveau un immense coup de ♥.



Quatrième de Couverture
" Ses longs cheveux noirs tombant en rideau devant son visage, son attitude, position de combat ou figure de danse, l'énergie qui se dégageait d'elle... La fille n'était plus une fille. C'était un oiseau. Prêt à l'envol. "

Mon avis
L'Envol. Un livre n'a jamais aussi bien porté son nom. L'oiseau sauvage qu'est Ellana Caldin prend son plus bel élan au fil des pages de ce tome pour étendre ses ailes et voler vers son destin. Un destin bien plus grand que ce que nous laissaient penser les deux premières trilogies de Bottero.

Déjà dans le premier tome, on en apprenait plus sur les liens forts qu'Ellana avait noué au cours de sa vie. Jamais je n'avais eu cette image d'elle au cours des sagas Ewilan. Comme je le disais dans la chronique du tome 1, j'ai redécouvert Ellana, j'ai continué à en apprendre beaucoup sur elle et j'ai apprécié. J'ai aimé chaque page, chaque phrase, chaque mot. Chaque image évoquée par l'auteur est un enchantement. Les personnes qui croisent un jour la route d'Ellana sont marquées à vie, en bien ou en mal.
On retrouve à nouveau les guerriers Thüls – que j'aime de plus en plus – à travers le personnage de Hurj qui m'a beaucoup marquée. Ce gros tas de muscles au coeur tendre, à l'honneur et la loyauté sans égales, a su atteindre mon petit coeur. Et il n'est pas le seule. Aoro, bandit poète qui cherche sa voie et croise celle d'Ellana, cette voie pure qui l'aide à trouver la sienne comme une évidence... Il y a aussi Eejil, cette petite fille étrange et tellement sage malgré son discours enfantin, accompagnée de l'impressionnant Doudou... Encore et toujours des rencontres qui façonnent Ellana, qui la font progresser plus encore sur la voie qu'elle arpente avec une grâce merveilleuse...
Les personnages du premier tome sont toujours présents et avec force. Chacun prend un peu plus sa place dans l'intrigue. Jilano, ce grand homme qui, contrairement à ce que l'on peut croire, n'a pas créé Ellana telle qu'elle l'est mais n'a fait que lui donner les clés de son âme et de sa vie. Nillem, qui est tout à l'opposé d'Ellana dans la voie, qui n'aborde pas son apprentissage Marchombre avec le même regard et qui montre qu'on ne devient pas Marchombre mais qu'on l'est dès le départ, au fond de soi... Chaque Marchombre que l'on croise montre que la voie n'est pas aussi évidente que ce que l'on pourrait croire : elle est évidente pour Ellana qui est faite pour cette vie, pour cette quête. D'autres qu'elle se perdent vite et sont incapables d'atteindre ne serait qu'un millième de la plénitude de notre héroïne.
Comme précédemment, je ne vais pas trop m'étendre sur les personnages pour ne pas trop en révéler.

L'histoire se précise, l'état de la communauté Marchombre tel qu'on le voyait dans les précédentes trilogies se forme peu à peu et on en apprend plus sur ses rouages. On comprend mieux pourquoi Ellana se tient éloignée du monde Marchombre, pourquoi elle a choisi de laisser Salim entrer dans sa vie en lui proposant d'arpenter la voie à ses côtés. Toute la profondeur de ce lien qui n'était qu'effleuré prend tout son sens quand on voit à quel point il est fort entre Ellana et Jilano.
Et alors, Ellana prend son envol. Elle est devenue ce qu'elle devait être : une Marchombre exceptionnelle, une femme forte, construite sur ses blessures, ses joies, ses peines. Elle est le symbole de la résistance, le symbole de l'honneur, de la beauté Marchombre. Elle est la preuve que les Marchombres ne sont pas que des solitaires, qu'ils s'engagent pour les causes qui leur semblent justes. Et lorsqu'on achève ce tome, on retrouve un pan de l'histoire que l'on connaît déjà : celle d'Ewilan.

Encore un énorme coup de coeur que je ne peux réellement détailler sans trop en dire. Encore un émerveillement constant au cours de ma lecture, des rires, des larmes, des émotions en pagailles : tout ce que j'aime dans un livre. Le contenu est fantastique, le fond comme la forme, mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel est ce qu'a réussi à faire naître en moi Pierre Bottero : un amour inconditionnel pour ses personnages, son univers et Ellana. Merci pour ça.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge A&M Retour en enfance.

dimanche 8 novembre 2015

Le Pacte des Marchombres, Tome 1 : Ellana

L'année 2015 a pour moi été marqué par la reprise de l'oeuvre de Pierre Bottero. Après avoir relu La Quête d'Ewilan, j'ai enfin découvert Les Mondes d'Ewilan. J'ai ensuite enchainé avec Le Pacte des Marchombres, toujours pour le Challenge A&M Retour en enfance. A noter que c'est un immense coup de ♥.



Quatrième de Couverture
" - Ellana, la voie des marchombres ne t'apportera ni richesse ni consécration, elle t'offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. Si tu le désires, je peux accompagner tes premiers pas. - Que voulez-vous dire ? "

Mon avis
Ellana, dont nous faisions la connaissance dans les deux premières trilogies de Bottero, est au coeur de cette nouvelle série. Nous découvrons dans ce premier tome ses jeunes années, ses origines et son premier pas dans le monde poétique des Marchombres...

Ce premier tome m'a littéralement envoûtée. J'avais noté la progression de Pierre Bottero en passant de La Quête d'Ewilan à sa seconde trilogie Les Mondes d'Ewilan mais là, ce n'est plus une progression mais de la magie pure. La poésie des Marchombres m'a frappée de plein fouet, bien plus que des les romans précédents. Chaque phrase est un enchantement. Les descriptions sont fabuleuses, les émotion d'Ellana décrites avec une perfection telle que je n'ai pu qu'être embarquée dans ses aventures du début à la fin.

Ellana est touchante, bien plus que dans les sagas d'Ewilan. Si je la trouvais bien trop caricaturale avant, ce premier tome a fait s'envoler toutes ces pensées, bien vite remplacées par une admiration et un amour purs. Oui, j'aime Ellana. Mais j'aime encore plus la façon dont Bottero la voit. Elle est son plus beau personnage, celui dans lequel il semble avoir mis toute son essence, tout son talent. Bien loin de l'image de la femme forte et hautaine qu'on peut avoir dans les autres trilogies, ici, Ellana nous montre ses faiblesses, ses failles, des forces, son âme. Elle est le personnage parfait : celui qui cherche sans cesse à se dépasser pour atteindre l'idéal qu'il se fixe dès le début de son existence, idéal qui n'est autre qu'une envie de perfectionnement infini dans l'imperfection de l'être vivant. Difficile d'ailleurs de mettre des mots sur les sensations qu'ont fait naître en moi les mots de Bottero : ses mots sont les mots justes, les seuls mots qui pouvaient être écrits. Comment transcrire la perfection sans paraphraser ? C'est impossible et je vais donc m'abstenir.

L'enfance d'Ellana chez ses pères adoptifs m'a beaucoup touchée. On est loin d'imaginer que la divine marchombre a commencé à se façonner dans cet univers et, pourtant, au fil des pages, cela devient une évidence. Comme son retour au sein des Hommes l'est. Comme chacune des épreuves qu'elle vit. Les pages défilent, Ellana grandit et elle se bonifie. C'est en rencontrant Sayanel qu'une nouvelle voie s'offre à elle sans qu'elle ne le sache vraiment. Un seul mot qui s'empare de tout son être : Marchombre. Puis arrive Jilano. Le grand Jilano, étonnant de charisme, de force, de puissance... Tout en étant un être de poésie pure. Un Marchombre en somme. Ce qu'il apporte à Ellana est puissant, indescriptible et, en même temps, on comprend que l'élève façonne aussi son maître. C'est tout la beauté de l'apprentissage Marchombre : la voie est sans fin, parfaitement sinueuse et merveilleusement surprenante. Même le plus grand des Marchombres a encore des choses à apprendre. La greffe, épreuve ultime de ce tome, est le sacre ultime pour Ellana dans ses premiers pas. Le Rentaï l'estime méritante, tout comme nous, lecteurs, qui ne pouvons que nous abreuver de la magie que nous offre Ellana à chaque étape de sa vie.

D'autres personnages importants entrent évidemment en scène mais, écrivant cet avis après avoir lu l'intégralité de la trilogie, je n'ose pas les aborder de peur d'en dire trop ou pas assez. Des guerriers Thüls aux Marchombres, des Petits aux Mercenaires du Chaos... Chaque personne croisant le chemin d'Ellana joue un rôle dans sa quête, même infime. Chaque personne a son importance, son essence, qu'elle soit bonne ou mauvaise.

Ce premier tome a donc été pour moi un véritable coup de coeur, un bond en avant dans l'univers de Bottero dont je me délecte sans limite. Je ne regrette à aucun moment d'avoir décidé de me relancer dans l'aventure Ewilan et d'avoir poursuivi avec Le Pacte des Marchombres qui est une oeuvre marquante.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge A&M Retour en enfance.

lundi 2 novembre 2015

Les Mondes d'Ewilan, Tome 3 : Les Tentacules du Mal de Pierre Bottero

Dernière chronique pour la trilogie Les Mondes d'Ewilan, pour le Challenge A&M Retour en enfance.



Quatrième de Couverture
"Un frisson d'angoisse parcourut le dos d'Ewilan. - L'Appel Final mérite des jeux extraordinaires, peuple de Valingaï, poursuivit Baaldoub. Je t'ai donc concocté un programme éblouissant, un programme sanglant, un programme à ta mesure !"

Mon avis
La fin est là, toute proche. La conclusion de cette dernière trilogie consacrée à Ewilan Gil' Sayan, cette adolescente exceptionnelle que nous avons vue grandir au fil des pages mais surtout des épreuves. Et l'ultime épreuve n'est pas la plus simple, bien au contraire. Après en avoir littéralement bavé, frôlé encore et toujours la mort, Ewilan arrive au terme de cette nouvelle quête. Et, comme depuis ses débuts, elle n'est pas seule. C'est ce qui fait l'essence même des romans de Pierre Bottero, des grands romans : l'héroïne est exceptionnelle mais elle l'est parce qu'elle est entourée de personnes tout aussi exceptionnelles. Sans ses acolytes, Ewilan ne serait rien. C'était mon constat vis à vis de Salim qui est, à mes yeux, la structure essentielle sur laquelle Ewilan se construit. Cela vaut pour l'intégralité de ses compagnons de route : qu'ils soient encore à ses côtés ou qu'ils aient déjà poussé leur dernier soupir.

Encore une fois, je vais aborder l'aspect plus sombre de cette trilogie qui nous permet de grandir aux côtés de nos héros, de cette sensation d'oppression constante qui nous fait plonger tête la première dans l'univers exceptionnel de Bottero. Salim nous émerveille une fois de plus. Il n'est pas le seul et, d'ailleurs, dans ce tome, on comprend à quel point Ellana est elle aussi digne d'attention, attention que lui porte d'ailleurs une entité légendaire et on ne peut qu'être d'accord. Le retour de personnages qu'on aime, ou non, permet de mettre un point d'honneur à cette trilogie mais aussi à la précédente. On atteint un dénouement crucial, on appréhende mieux les motivations de certaines personnes et, même si on n'est triste, je remercie Pierre Bottero de ne pas traiter ses lecteurs comme des enfants qu'il ne faut surtout pas froisser. Après tout, quand on voit comment il traite ses héros quel que soit leur âge, on ne peut que comprendre qu'il en fasse de même avec nous.

L'affrontement final n'était pas aussi parfait que ce que j'aurais voulu mais, en même temps, s'il avait été plus long, plus complexe, peut-être que j'aurais décroché, que je n'aurais pas retrouvé les méthodes de l'auteur qui consistent à rendre les quêtes complexes pour ne pas s'attarder des heures et des heures sur une scène finale qui n'en aurait pas besoin.

C'est avec émotion et tristesse que j'ai quitté tous ces personnages qui m'ont accompagnée durant mes instants lectures. Et, surtout, les possibles qu'ouvre l'auteur m'ont donné envie d'en savoir plus. C'est avec avidité que j'ai par la suite enchainé avec les trilogies suivantes, pour retrouver les univers merveilleux nés de l'imagination d'un grand homme qui aura marqué la littérature jeunesse.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge A&M Retour en enfance.